Naturo and co

Le stress et ses effets pervers

Alors oui j’ai écrit pervers dans mon titre, donc je suis consciente que niveau référencement cela peut mal aiguiller les recherches 😉 Blague à part je voulais te parler aujourd’hui du fléau du siècle entre autre car il n’est pas le seul évidemment ce serait trop facile sinon, le stress, et surtout comment je suis amenée à le soigner tous les jours.

Le stress, cela se traduit d’énormément de façon, poids sur la poitrine, mal au ventre, brûlures d’estomacs, insomnies, trac permanent, grincements de dents, douleurs dans la mâchoire, énurésie chez l’enfant, prise de poids, perte de poids, perturbations du cycle menstruel, troubles érectiles, douleurs musculaires, autant de symptômes que d’individus quasiment. Il peut conduire jusqu’au burn out (autrement dit quand le corps t’oblige à écouter ta tête en te couchant littéralement) et n’est pas réservé aux sphères professionnelles, car oui même en étant une maman au foyer, on peut souffrir de stress sévère et de burn-out et il ne s’agit ni du nombre d’enfants, ni de la situation mais uniquement du ressenti de la personne concernée. Chimiquement le stress déclenche la fabrication et l’utilisation de plusieurs hormones, dont celles-ci :

  • l’adrénaline (qui te permet de répondre au coup de stress coeur respiration tout s accélère – pas toujours agréable – )
  • le cortisol (tension artérielle – immunitaire)
  • l’ocytocine ( on la connaît plutôt dans la relation mère enfant – allaitement -)
  • la vasopressine (qui joue sur le système urinaire)

Ces hormones si elles sont vitales et peuvent te sauver la vie dans une situation d’urgence, ne sont pas si bénéfiques que ça lorsque ton corps est soumis à un stress permanent tu t’en doutes, et peuvent entraîner un dérèglement du fonctionnement de ton organisme. Car tu vas les produire en trop grande quantité et ton corps ne saura plus ou donner de l’hypophyse, du foie et du corps entier en général.

Que peut alors faire la naturopathie, la réflexologie plantaire, l’hypnothérapie, la sophrologie pour t’aider alors à remettre de l’ordre dans tout ça. Et bien si j’ai choisi d’intervenir dans l’ensemble de ces disciplines c est vraiment pour me permettre de répondre au mieux aux attentes de la personne que j’aide en fonction de ses réactions et de ses sensibilités.

La naturopathie, en rééquilibrant votre hygiène de vie en général, votre alimentation, en restaurant votre vitalisme va tout naturellement agir également sur la régulation de ce stress, en mettant votre corps dans les meilleurs dispositions possibles pour y résister sans puiser dans vos réserves.

La réflexologie plantaire, en améliorant votre tonus, votre circulation sanguine et lymphatique va elle aussi vous apporter un vrai moment à la fois de relaxation et d’énergie qui vous permettra de lutter contre le stress.

L’hypnose lorsque le stress a une cause bien identifiée, phobies, traumatismes, estime de soi etc… peut elle aussi vous aider à dépasser le problème et donc la source de ce stress incontrôlable.

La sophrologie quand à elle va vous permettre en travaillant sur le fond, la gestion des émotions, le lâcher prise (le fameux) d’éliminer les causes potentielles de stress en leur redonnant leur juste valeur ou vous aidant à positiver les situations. Pour y arriver on travaillera sur le recentrage, l’ancrage, la respiration, la maîtrise de soi.

Chaque technique a ses avantages et chaque individu a ses propres sensibilités, je vous invite donc à essayer ses spécialités, à en parler avec un professionnel afin de déterminer celle qui vous correspond le plus, et ainsi vous faire accompagner dans la gestion et l’élimination des stress superflus, oui superflus car je pense malheureusement que certains sont inévitables, et certains peuvent parfois être moteurs, simplement ils ne doivent jamais prendre le pas sur votre qualité de vie ou vous contrôler, sinon il est grand temps de vous faire aider et/ ou de prendre conscience du problème.

meditation-concept-with-flat-character_23-2147862428.jpg

Même les enfants sont aujourd’hui touchés par le stress, culte du résultat, activités extra scolaires, adaptation et intégration en milieu scolaire, harcèlement, collège, surconsommation, culte de l’image, réseaux sociaux, l’enfance est soumise à des stress qui n’existaient pas ou moins par le passé, et qui sont venus par mimétisme ou par modernité, ou autre s’ajouter à ceux des parents que nous transmettons plus ou moins consciemment à nos enfants (phénomène de l’enfant éponge). Et les effets sont tout autant dévastateurs que chez l’adulte, je vous invite donc à être vigilant avec vos enfants aussi 🙂

Et chez vous on est sensibles au stress, comment le gérez vous ?

Enfants

Les jeux vidéos : du rire aux larmes ?

Je ne sais pas si chez toi on joue aux jeux vidéos, mais chez nous on y joue et souvent en famille, et les écrans (oui je sais attention sortez les fouets) cela n’a jamais été un tabou.

Car comme pour tout le reste je pense que la solution est dans la mesure, sauf que l’adolescence arrivant la mesure devient compliquée à maintenir. Et ce qui était autrefois une source de partage devient doucement une source de conflit. Donc maman louve un peu geek a du sortir les crocs… un peu..

J’ai toujours voulu en tant que maman m’intéresser à ce qu’aimait les enfants, lire les mêmes bouquins, jouer aux mêmes jeux pour garder ce lien de partage et parce que en vrai j’ai cinq ans pour toujours oui je sais… (non mon anniversaire n’approche pas s’il te plaît cesse d’être désagréable et concentre toi). Mais est arrivé sur le marché un jeu très addictif même pour les adultes et surtout en ligne … un jeu de battle royale… un jeu… que tu ne peux pas au moins connaître de nom … FORTNITE. Et ce jeu m’a obligé à devenir ce que je ne suis pas habituellement une maman plus autoritaire.

téléchargement (4)

En effet, si le jeu est ludique, super bien fait et très accrocheur de par son principe, son renouveau, ses événements, et son marketing hyper bien ficelé, il est aussi chez mon grand, une porte vers le jeu en ligne, la découverte du plaisir de ne jamais être coupé des copains lui qui était si solitaire et qui dit plaisir… dit beaucoup de mal à s’arrêter et devoir gérer la frustration… quel vilain mot hein…en pré adolescence c est un peu comme demander à quelqu’un d’arrêter de boire arrivé à la moitié du verre d’eau alors qu’il a toujours soif…

Alors cela génère forcément du conflit à la maison, car cette passion est chronophage, et tout à côté semble moins fun car moins instantané, moins d’interactions, moins de copains, la concurrence est rude à trouver, surtout pour le mien qui pour des raisons de santé ne peut plus trop faire d’activités physiques…on est un peu limité.

Pourquoi cet article car finalement je n’ai pas la solution miracle, pour te donner des idées en partageant ce que j’ai mis en place avec lui, et qu’en retour tu me partages tes idées aussi . Je ne suis pas pour l’interdiction totale à vie, parce que je n’aime pas l’idée de le mettre à part totalement et le couper de ce que vivent 80 % des enfants de sa classe vu qu’il a déjà eu tellement de mal à se sociabiliser, mais selon le comportement je peux le faire aussi… quand le dragon sort de moi parce que je suis très très colère vois tu ?

images

Donc ici, il y a eu un contrat qu’on a lu ensemble qu’on a affiché dans sa chambre près de sa console un contrat simple qui dit juste quels jours il a le droit de jouer et combien de temps, et qu’est ce qui peut lui faire perdre du temps de jeu, et qui précise surtout que les heures passées sur son téléphone sont aussi des heures de jeu et/ou d’écran et sont donc décomptées (il y a un compteur très pratique pour ça sur les téléphones à pomme…il a adoré que je découvre ça..). On a passé un contrat tous les deux, et surtout je me suis rendue compte que moi aussi j’avais trouvé ça confortable par moment de le laisser jouer plus, parce que ce n’est pas évident de divertir, de stimuler un enfant de bientôt onze ans, d’être disponible pour lui et en même temps pour une enfant qui a sept ans de moins. Et aussi parce que ses problèmes de santé m’ont fait aussi le plaindre et j’ai cédé plus facilement à des demandes que je n’aurais peut être pas acceptées autrement.

De mon côté je me suis dit que j’allais donc aussi plus m’investir avec lui dans d’autres choses que les devoirs, il aime lire, alors on va lire ensemble, faire du jeu de rôle, des jeux de société, aller à la piscine (si tu me connais dans la vraie vie tu sais la violence que c est pour moi… d’aller me tremper dans une piscine municipale pleine de gens, ou d’aller faire des câlins d’orteils sur une plage à des touristes tout rouges..) et à la mer. Je vais lui renouveler sa trottinette et son vélo pour quand il pourra en refaire, et m’y mettre aussi, organiser des trucs avec ses copains dans la vraie vie, et je vais prendre le temps qu’il faut pour être avec lui vraiment sans laisser de côté sa soeur… pas simple mais pas impossible.

stock-vector-woman-caroon-many-arms-design-graphic-489481447

Ce rôle ne me plaît pas évidemment, car il n’est pas dans ma nature, moi qui n’aime pas être la rabat joie, moi qui joue à la console, qui adore les jeux de société, et qui aime vraiment le principe du jeu, mais la frustration qu’il ressent aujourd’hui, est j’en suis convaincue un mal nécessaire, parce qu’il sera forcément amener à la recroiser dans la vie, et je pense que par contre cela fait partie intégrante de mon rôle de maman de lui montrer comment on la gère et comment on peut la dépasser.

Et surtout pour lui refaire reprendre le contrôle rester joueur, parce qu’on apprend par le jeu même le jeu vidéo,que j’aimerais toujours ça aussi parce que c est fun et que ça doit rester un super moment de partage, mais il ne faut pas devenir le jouet d’une machine marketing..

Et chez toi comment on gère ?