Enfants

Les jeux vidéos : du rire aux larmes ?

Je ne sais pas si chez toi on joue aux jeux vidéos, mais chez nous on y joue et souvent en famille, et les écrans (oui je sais attention sortez les fouets) cela n’a jamais été un tabou.

Car comme pour tout le reste je pense que la solution est dans la mesure, sauf que l’adolescence arrivant la mesure devient compliquée à maintenir. Et ce qui était autrefois une source de partage devient doucement une source de conflit. Donc maman louve un peu geek a du sortir les crocs… un peu..

J’ai toujours voulu en tant que maman m’intéresser à ce qu’aimait les enfants, lire les mêmes bouquins, jouer aux mêmes jeux pour garder ce lien de partage et parce que en vrai j’ai cinq ans pour toujours oui je sais… (non mon anniversaire n’approche pas s’il te plaît cesse d’être désagréable et concentre toi). Mais est arrivé sur le marché un jeu très addictif même pour les adultes et surtout en ligne … un jeu de battle royale… un jeu… que tu ne peux pas au moins connaître de nom … FORTNITE. Et ce jeu m’a obligé à devenir ce que je ne suis pas habituellement une maman plus autoritaire.

téléchargement (4)

En effet, si le jeu est ludique, super bien fait et très accrocheur de par son principe, son renouveau, ses événements, et son marketing hyper bien ficelé, il est aussi chez mon grand, une porte vers le jeu en ligne, la découverte du plaisir de ne jamais être coupé des copains lui qui était si solitaire et qui dit plaisir… dit beaucoup de mal à s’arrêter et devoir gérer la frustration… quel vilain mot hein…en pré adolescence c est un peu comme demander à quelqu’un d’arrêter de boire arrivé à la moitié du verre d’eau alors qu’il a toujours soif…

Alors cela génère forcément du conflit à la maison, car cette passion est chronophage, et tout à côté semble moins fun car moins instantané, moins d’interactions, moins de copains, la concurrence est rude à trouver, surtout pour le mien qui pour des raisons de santé ne peut plus trop faire d’activités physiques…on est un peu limité.

Pourquoi cet article car finalement je n’ai pas la solution miracle, pour te donner des idées en partageant ce que j’ai mis en place avec lui, et qu’en retour tu me partages tes idées aussi . Je ne suis pas pour l’interdiction totale à vie, parce que je n’aime pas l’idée de le mettre à part totalement et le couper de ce que vivent 80 % des enfants de sa classe vu qu’il a déjà eu tellement de mal à se sociabiliser, mais selon le comportement je peux le faire aussi… quand le dragon sort de moi parce que je suis très très colère vois tu ?

images

Donc ici, il y a eu un contrat qu’on a lu ensemble qu’on a affiché dans sa chambre près de sa console un contrat simple qui dit juste quels jours il a le droit de jouer et combien de temps, et qu’est ce qui peut lui faire perdre du temps de jeu, et qui précise surtout que les heures passées sur son téléphone sont aussi des heures de jeu et/ou d’écran et sont donc décomptées (il y a un compteur très pratique pour ça sur les téléphones à pomme…il a adoré que je découvre ça..). On a passé un contrat tous les deux, et surtout je me suis rendue compte que moi aussi j’avais trouvé ça confortable par moment de le laisser jouer plus, parce que ce n’est pas évident de divertir, de stimuler un enfant de bientôt onze ans, d’être disponible pour lui et en même temps pour une enfant qui a sept ans de moins. Et aussi parce que ses problèmes de santé m’ont fait aussi le plaindre et j’ai cédé plus facilement à des demandes que je n’aurais peut être pas acceptées autrement.

De mon côté je me suis dit que j’allais donc aussi plus m’investir avec lui dans d’autres choses que les devoirs, il aime lire, alors on va lire ensemble, faire du jeu de rôle, des jeux de société, aller à la piscine (si tu me connais dans la vraie vie tu sais la violence que c est pour moi… d’aller me tremper dans une piscine municipale pleine de gens, ou d’aller faire des câlins d’orteils sur une plage à des touristes tout rouges..) et à la mer. Je vais lui renouveler sa trottinette et son vélo pour quand il pourra en refaire, et m’y mettre aussi, organiser des trucs avec ses copains dans la vraie vie, et je vais prendre le temps qu’il faut pour être avec lui vraiment sans laisser de côté sa soeur… pas simple mais pas impossible.

stock-vector-woman-caroon-many-arms-design-graphic-489481447

Ce rôle ne me plaît pas évidemment, car il n’est pas dans ma nature, moi qui n’aime pas être la rabat joie, moi qui joue à la console, qui adore les jeux de société, et qui aime vraiment le principe du jeu, mais la frustration qu’il ressent aujourd’hui, est j’en suis convaincue un mal nécessaire, parce qu’il sera forcément amener à la recroiser dans la vie, et je pense que par contre cela fait partie intégrante de mon rôle de maman de lui montrer comment on la gère et comment on peut la dépasser.

Et surtout pour lui refaire reprendre le contrôle rester joueur, parce qu’on apprend par le jeu même le jeu vidéo,que j’aimerais toujours ça aussi parce que c est fun et que ça doit rester un super moment de partage, mais il ne faut pas devenir le jouet d’une machine marketing..

Et chez toi comment on gère ?

 

 

 

 

Enfants

Un pré-ado hypersensible

Avoir un pré-ado à la maison ça veut dire quoi ? Hypersensible ça peut être plus compliqué que l’adolescence émotionnellement parlant sérieux?

Ici il y a un être qui vit avec moi il a dix ans, il n’est plus mon bébé, ni même mon petit garçon, il n’est pas encore un petit homme. Il a des points noirs qui fleurissent sur les ailes de son nez, et des poils à des endroits que tu croyais pouvoir appeler toute ta vie petit robinet en trouvant ça mignon… si si j’ai fait ça…

Et là je t’entends sortir ton Rufo, et me dire oui émotionnellement il est en pleine quête de son identité, c ‘est le moment de la puberté. Et je vais te dire ok, sauf que je déteste Rufo… oui j’assume. Tu as raison émotionnellement il est en quête de son identité, et cette période ressemble un peu à une grossesse… Non je n’ai pas encore sniffé trop d’huile essentielle… je m’explique.

L’enfant qui n’en est plus vraiment un peut très bien le lundi demander un câlin, et limite vouloir dormir dans ton lit, pour te dire qu’il est un homme le mardi et qu’il peut donc très bien prendre sa vie en main…

T’annoncer que maintenant il peut très bien décider seul à quelle heure il se couche, puis t’appeler en hurlant dans la salle de bains, pour te dire qu’un nouveau poil est apparu et qu’il a décidé de l’appeler Patrick…

Regarder un film de grand avec des émotions plein les yeux, puis rire en se bidonnant pendant des heures en disant Caca…

Et à côté de ce gros bouillon d’émotions et de découverte d’un monde différent que celui de l’enfance, sans vouloir vraiment le quitter pourtant, il y a la maman, il y a moi… Qui plaisante du poil qui s’appelle Patrick en ne réalisant pas vraiment ce qui est en train de se passer, que le petit garçon devient malgré tout un jeune homme, et qu’un jour, il trouvera quelqu’un(e) qui l’aimera et l’aimera en retour. …qu’un jour il ne tiendra plus sur mes genoux, et n’aura plus du tout envie de s’y étendre pour regarder un film. Le même qui dit que rien ne lui fait peur et que rien n’est trop épicé, puis qui demande une musique de méditation pour dormir.

Alors je profite des creux de vague de ce tourbillon, je le laisse s’affirmer et puis je vais rire de ses bêtises, parce que la seule chose dont je veux qu’il soit convaincu c ‘est qu’avec un ou cent patricks sur le corps, sa maman sera toujours là pour lui passer la main dans les cheveux quand il est triste et lui dire à quel point il est unique et formidable à chaque fois que la vie voudra lui faire oublier.

Et vous les pré-ados ça carbure à quoi chez vous ? Aux câlins ?

Je présente évidemment toutes mes excuses au Patrick qui pourraient me lire , je suis incapable de trouver l’origine de cette nomination à l’oscar du poil ?h